Bilan 2006

« Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait ». La phrase est trop belle, et réservons-la à quelque chose de plus grand que notre petit projet… Mais elle traduit bien l’état d’inconscience dans lequel nous sommes ! Retour sur cette année fructueuse.

Le bilan 2006 est très positif. La vigne est bien partie, le paysage est très réussi, on ne s’est pas (encore) ruiné, le vague projet s’est concrétisé, bref, nous sommes heureux !
Nous pensons que le plus dur est fait (toujours optimiste). Mais se lançer là-dedans alors que le monde du vin est en plein marasme ? sans débouchés assurés ? investir à fonds perdus ? sommes-nous devenus fous ? non, nous sommes sur notre petit nuage de doux rêveurs… Persistons dans cette direction !

  • Fait en 2006 : vigne plantée, piquets posés, fil porteur du bas posé, pieds morts remplacés.

  • Reste à faire en 2007 : fil porteur du haut et fils releveurs à poser, tuteur bambou à attacher sur le fil du bas. Plus le travail normal de taille à 2 yeux, attachage, traitements, entretien du sol, …

Le coût global de plantation s’élève à 37.050 Euro HT pour les deux hectares, et se ventile ainsi :

  • Préparation du terrain : 2.283Euro

  • Fourniture des plants certifiés : 11.030 Euro

  • Plantation à la machine et tuteurs : 4.186 Euro

  • Mise en place poches de protection : 2.007 Euro

  • Arrosages après plantation : 3.094 Euro

  • Traitements et entretien 1ère année : 1.668 Euro

  • Palissage (fournitures, pose en partie) : 12.782 Euro

Ce coût inclut les fournitures mais seulement une partie de la main d’oeuvre pour le palissage  (à terminer en 2007), et les coûts normaux d’entretien et de traitement de la première année.
A 18.525 Euro l’hectare, on est dans les clous des chiffres donnés par la Chambre d’Agriculture de la Gironde pour une plantation de qualité. Bien joué !

Les mauvaises surprises sont le temps de mise en place des poches de protection, et le coût des arrosages d’après plantation (rendus obligatoires par une période chaude et sèche de fin mai à mi-juillet). Mais c’est fait, et ça a peut être sauvé le vignoble…

PS : il paraît que le mot Euro étant un mot international, il ne prend pas de « s » au pluriel…

Ce contenu a été publié dans Général, Viticulture. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *