La plantation

Nous venons du monde de l’ing√©nierie, o√Ļ¬†tout est, et doit √™tre carr√©. Nous basculons soudain dans le monde de l’agriculture, et nous avions oubli√© que certains √©l√©ments √©chappent √† l’homme…

Nous avons choisi¬†de planter √† la machine, plut√īt qu’√† la main (2 jours au lieu de 15, parisiens press√©s que nous sommes). L’amendement (Vegethumus, 2 tonnes par hectare), et l’engrais (engrais PK 0/25/25, 600kg par ha) ont √©t√© mis en place il y a environ un mois.¬†¬†¬†Les plants en pot sont livr√©s, et rang√©s √† l’ombre dans une haie, les tuteurs en bambou sont l√†, la citerne pour arroser est pr√™te…

Tous les rendez-vous sont organis√©s pour le 16 mai 2006, 8 heures p√©tantes ! Nous sommes dans les starting-blocks. Mais…

L’entrepreneur charg√© de la plantation nous appelle pour nous dire qu’il a du retard sur un autre chantier, et qu’il sera l√† dans 2 jours…
Deux jours apr√®s, l’entrepreneur nous appelle pour nous dire que sa machine est en panne, et qu’il sera l√† en d√©but de semaine suivante…
Le lundi matin,¬†l’entrepreneur nous appelle pour nous dire que la terre est trop mouill√©e, et que sa machine ne peut pas faire du bon travail dans ces conditions (il a plu le week-end)…
Mardi, il pleut… Mercredi, il ne pleut pas. Malgr√© les avis d√©favorables (sol trop humide), nous for√ßons un peu tout le monde (parisiens press√©s que nous sommes)¬†pour planter le jeudi (de l’Ascension, qui plus est).

Cette fois-ci, tout le monde est l√† ! La¬†danse est¬†ouverte par un √©norme tracteur qui √©miette finement la terre¬†avec une fraise verticale et un rouleau. La machine √† planter prend la suite et entre enfin en sc√®ne.¬†Son¬†tracteur est guid√© par GPS ! Il prend des rep√®res d’alignement et trace ensuite automatiquement les rangs, en fonction des orientations et densit√©s choisies ! Et en avant … Un sillon est ouvert, un bambou est plant√©,¬†un plant est mis en place, trois litres d’eau lui tombent dessus, le sillon est referm√©, et on recommence un m√®tre plus loin !

Compte tenu de la technologie embarqu√©e aujourd’hui sur les tracteurs, je me demande si les agriculteurs ne devraient pas faire Polytechnique…

Un autre tracteur suit avec¬†une citerne d’eau pour arroser plus copieusement le jeune plant,¬†afin que ses racines soient bien en contact avec de la terre humide. Car avec la chaleur de l’√©t√© qui arrive, le pauvre petit serait vite d√©ss√©ch√© sans cette op√©ration. Nous devrons d’ailleurs, compte tenu de la chaleur, recommencer cette op√©ration trois semaines apr√®s. Les orages de d√©but juillet nous d√©livrerons ensuite de cette corv√©e.

Tout cela fait un joli ballet de tracteurs, qui durera au total deux jours. Ce qui est peu pour planter 9311 plants de vigne. Mais des deux jours pr√©vus pour la plantation, nous sommes pass√©s √† 10, dont 8 √† attendre… Les plannings sont¬†comme les budgets: ils sont faits pour √™tre d√©pass√©s !

A la fin juillet, on peut considérer que la plantation a très bien réussi. On ne comptera que 97 pieds morts au total (19 merlots, 26 cabernets franc, et 52 abourious).

Les photos…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *